Black List : le café qui fait aimer le café

Jusque là, je n’avais jamais aimé le café. Je disais que, niveau boisson chaude, mon palais était resté bloqué au Nesquik en poudre. Mais ça, c’était avant de découvrir Black List. 

Black list

Extérieur

Depuis un an, Laurent Pierre réconcilie les bordelais avec le café. Le vrai café j’entends. On est très loin de l’expresso ordinaire servi habituellement ou du café en capsule (sorry Georges).

Black List ne sert que des cafés de spécialité. Ce terme définit des cafés pensés comme des vins, avec leurs spécificités propres : terroir, arômes, saisonnalité… Ils sont rigoureusement sélectionnés afin d’assurer le respect de toutes les étapes, de la fève à la tasse. Ils proviennent du Brésil, d’Indonésie, du Costa Rica… Laurent Pierre se fournit auprès d’une brûlerie parisienne Belleville, dont il qualifie les fondateurs de véritables « geeks du café ». On ne rigole pas :)

A la carte, on a le choix entre café filtre, latte, expresso, cappucino, noisette… On peut facilement être dérouté en buvant sa première tasse car le goût est vraiment différent du café ordinaire. Pas amer du tout et beaucoup plus doux. Même le café filtre, qui peut faire peur quand on est habitué au jus de chaussette, passe crème et est presque acidulé. Je n’ai pas même ressenti le besoin de rajouter du sucre.

Laurent-Pierre Bordenet 1

Laurent-Pierre Bordenet 2
En plus du café, on trouve au Black List du thé, du chocolat chaud, des jus de fruits frais… Et pour accompagner dignement tout ça, impossible de ne pas craquer sur une note sucrée. Carrot cake, muffins, granola… Mention spéciale pour le scone, servi avec du lemon curd et du creamcheese. Bonheur.

Côté ambiance, c’est le genre d’endroit où on peut facilement rester des heures. L’espace est petit et étroit mais bien optimisé. On a juste envie de siroter son café avec un magazine, tout en regardant les gens passer et les allées et venues des tramways derrière la vitre. Si on a pas la journée devant soi, on peut prendre son café à emporter.

Scones

Evidemment, niveau prix, on est un peu au-dessus de ce que l’on a l’habitude de trouver dans les cafés plus classiques. Il faut compter 3 euros pour un café filtre. Le prix à payer pour la qualité. Pour ce qui concerne les portions côté food, elles sont plus que généreuses. Et bien sûr, tout est fait maison.

A savoir, tous les premiers weekends du mois, Black List s’associe avec le Seasons Food Truck pour proposer un brunch qui a l’air assez dingo. A tester donc.


J’ai interviewé Laurent Pierre pour le webzine Feather. Lisez l’interview ici, page 27 ;)


27 Place Pey Berland / Bordeaux 33000
info@blacklistcafe.com

Page Facebook du Black List

FacebookTwitterPinterestTumblrGoogle Gmail

One thought on “Black List : le café qui fait aimer le café

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.